Benoit MASQUILIER 15 December 2002 16:45  

Groupe de Recherche sur les Transports
Facultés Universitaires N.-D. de la Paix
Rempart de la Vierge, 8
5000 Namur
Belgique
tél.:+ 32 (0)81 72.49.20
fax : + 32 (0)81 72.49.14
e-mail:grt-info@math.fundp.ac.be

logo Info - 13
Périodique - décembre 2002


Editorial
Les projets du GRT
Cours du GRT : Modélisation des transports et enquêtes de mobilité
CREMOR : Etude sur la mobilité des personnes après 55 ans
Transfert
Domaines actuels de recherche

 

Editorial

Le mois de décembre est souvent l'occasion de faire le bilan de l'année écoulée et d'esquisser ce que sera l'année à venir. Ce numéro de GRT-Info ne manque pas à la tradition. En effet, des deux articles de fond de cette parution, l'un fait le point sur une recherche qui se termine et l'autre présente un projet qui n'en est encore qu'à ses débuts. Faisant ainsi le lien entre passé et futur, nous souhaitons montrer que le GRT veille toujours à se maintenir en éveil et continue, plus que jamais, à s'intéresser aux problématiques de transports et de mobilité en général.
Mais revenons au contenu de ce numéro. D'une part, le CREMOR (Centre de Recherche sur la Mobilité Régionale) vous propose, en exclusivité, les premiers résultats issus de l'enquête qu'il a menée sur la mobilité des « seniors » en Wallonie. D'autre part, nous évoquons le plan du nouveau projet dédié au transport de marchandises en ville (INFACT) et vous détaillons quelles seront les grandes étapes suivies dans cette étude qui vient de débuter. Enfin, comme vous le verrez, nous vous convions à un cours, organisé à horaire décalé, sur les techniques que le GRT emploie, ou a développées, que ce soit dans le domaine de la modélisation ou dans celui des enquêtes de mobilité. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la formation continuée soutenue par les FUNDP. Ce cours veut offrir à tous les acteurs impliqués dans les problématiques de transport et/ou de mobilité en général, une ouverture sur les techniques utilisées dans ces domaines, notamment afin qu'ils soient mieux armés lors de leurs discussions avec les professionnels du secteur.
Je manquerais à tous mes devoirs si je terminais cet éditorial sans vous avoir présenté mes meilleurs voeux ainsi que ceux de tous les membres du GRT. à chacun d'entre vous, nous souhaitons un Joyeux Noël et une très bonne année 2003.

Dr Eric Cornelis



Les projets du GRT

INFACT : INtegrated Freight Analysis within CiTies - analyse intégrée du transport de marchandises en ville

La recherche en transport urbain ne se limite pas seulement au déplacement des personnes mais englobe également celui des marchandises. Jusqu'à présent, les déplacements de marchandises dans la ville étaient rarement pris en compte dans les problématiques de mobilité urbaine, alors qu'ils représentent une part non négligeable du trafic motorisé urbain (un taux d'occupation de la voirie de l'ordre de 20 % par les véhicules transportant des marchandises en Km*équivalant voiture particulière - cfr. Patier Danièle, Transports de marchandises en ville : connaître pour maîtriser, séminaire GRT, novembre 2000). Leur bon déroulement conditionne largement la dynamique économique de la ville. Ce n'est que récemment qu'ont été engagées des recherches abordant ce thème dans toute sa complexité (notamment en France dans le cadre du programme PREDIT). C'est donc pour aborder également cette thématique en Belgique que le projet INFACT a vu le jour. Ce projet s'étalera sur une durée de deux ans (01/07/2002 - 30/06/2004). Son objectif principal est le développement d'une méthodologie permettant d'accroître la compréhension du phénomène du transport de marchandises en milieu urbain notamment à l'aide d'une enquête pilote.
Ce nouveau projet est réalisé sous la coordination du CRR (Centre de Recherches Routières) et en collaboration avec l'UFSIA (Universitaire Faculteiten Sint-Ignatius te Antwerpen) avec lesquels nous nous répartissons les différentes étapes de l'analyse. Dans les faits, l'UFSIA se concentrera sur la partie « amont » de la chaîne logistique, c'est-à-dire le transport des produits depuis les usines jusqu'aux différents magasins, tandis que le GRT s'occupera principalement de la partie « aval » du problème, c'est-à-dire l'organisation (par les ménages interrogés) du transport des achats depuis les magasins jusqu'aux domiciles. Le concept de transport de marchandises en ville ayant été peu étudié dans le passé, la première étape de ce projet consistait à définir les notions de ce concept. Nous prendrons en compte le transport des marchandises à partir du moment où celles-ci appartiennent aux ménages, où ils en ont la responsabilité. La deuxième phase du travail du GRT sera consacrée à la mise sur pied d'une enquête pilote.
Pour cette phase, nous pensons sélectionner plusieurs zones d'étude, car il sera utile d'analyser divers types de quartiers urbains. La méthode utilisée pour cette analyse sera sans doute la méthode « Intercept and Follow » qui consiste en fait à intercepter quelqu'un à la sortie du magasin et à le « suivre » dans ses déplacements « marchandises » afin de cerner ses comportements et ceux de son ménage en cette matière. Elle sera peut-être suppléée par d'autres méthodes pour préciser les données insuffisantes. Il faudra aussi rédiger un questionnaire permettant le recensement des facteurs significatifs influençant la manière dont les ménages organisent leurs déplacements lors du transport de marchandises.
Ce projet est financé par les SSTC dans le cadre du programme d'actions transversales : la Belgique dans une société mondialisée (Action III : Villes Viables).

Anne Malchair



Cours du GRT : Modélisation des transports et enquêtes de mobilité

En 1999, le GRT avait organisé un cours du soir intitulé « Introduction à la Modélisation Mathématique des Transports ». Ce cours avait réuni environ 80 personnes lors de 4 séances et avait pour but de faire découvrir les notions de base et les techniques de modélisation que les chercheurs du GRT utilisent quotidiennement pour leurs travaux.
En janvier prochain débutera un second cours, intitulé « Modélisation des Transports et Enquêtes de Mobilité ». Ce cours sera donné dans le cadre du nouveau programme de formations continuées au sein des Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix. Plus long que le premier, ce cours reprendra plus en détails les notions élémentaires de modélisation. De plus, une partie relative aux techniques d'enquêtes en matière de mobilité y a été ajoutée puisque le GRT s'est en effet spécialisé dans ce type de projet depuis quelque temps.
Le cours s'adresse à toute personne intéressée par les modèles de transport et les enquêtes de mobilité en général. Il vise à donner une vue d'ensemble des techniques classiques utilisées pour le travail de modélisation et d'enquête et à illustrer ces notions dans des exemples tirés de la vie quotidienne. Comme le précédent, ce cours est conçu pour des non-spécialistes du domaine et qui souhaitent mieux comprendre comment fonctionne un modèle de trafic. Les prérequis mathématiques se limitent à une connaissance des notions de limite, dérivée et intégrale.
Le cours sera constitué de huit séances de deux heures chacune, dont la première aura lieu le mardi 28 janvier 2003. Les différents modules du cours seront les suivants :

Si vous souhaitez plus de renseignements ou connaître les modalités exactes d'incription au cours, vous pouvez vous adresser à : Murielle HAGUINET
Secrétariat du GRT
FUNDP
Rempart de la Vierge, 8
5000 Namur
Tél : ++ 32 (0)81 72 49 18
Fax : ++ 32(0)81 72 49 14
e-mail : muh@math.fundp.ac.be

Benoît Colson et Benoît Masquilier



CREMOR : Etude sur la mobilité des personnes après 55 ans

L'évolution de la population belge et, à un niveau légèrement moindre, wallonne est marquée par le vieillissement qui résulte de la baisse de la natalité et de l'augmentation de l'espérance de vie. Les démographes de l'Institut National de Statistique (INS) tablent sur une stagnation de la population totale du royaume et même sur un déclin à partir de 2015. La classe d'âge des 60 ans et plus représente aujourd'hui 21,8% de la population en Belgique et 21,5% en Wallonie, dont respectivement 11,8% et 11,6% ont plus de 70 ans. Il y avait d'après l'état civil 721.000 résidents wallons de plus de 60 ans en 2000 ; cette part de la population devrait atteindre 767.500 en 2010 (environ 23%).
Les besoins et les comportements de mobilité de cette population sont en nette évolution mais relativement mal connus. C'est pourquoi le CREMOR (Centre de REcherche sur la MObilité Régionale) s'est lancé dans une étude spécifique, qui a commencé par une phase d'enquête par questionnaire à la fin de l'année 2001.
Un échantillon aléatoire (stratifié par le nombre d'individus composant le ménage, la province et le type de commune) d'environ 4.000 ménages a été composé par l'INS.
Les ménages ont été interrogés selon une méthode très proche de celle de l'enquête MOBEL en 1999. Des informations ont été demandées sur l'ensemble du ménage, mais seules les personnes nées après le 1er janvier 1947 ont été sollicitées à reporter leurs déplacements sur le questionnaire lors d'un jour de référence donné, allant du 19 septembre 2001 au 18 décembre 2001.
La phase d'enquête et d'encodage des résultats a été confiée au bureau d'études TNS Dimarso à Bruxelles. Une pondération des résultats en fonction de l'âge, du sexe, et de la localisation géographique a été effectuée par l'INS.
La population étudiée, celle des ménages wallons (= résidant sur le territoire de la Région wallonne) dont le chef a au moins 55 ans, représente 595.739 ménages, soit 908.567 individus en 2001. Les chiffres cités dans les lignes ci-dessous sont tous pondérés, c'est-à-dire calibrés de telle manière qu'ils soient représentatifs de l'ensemble de la population des personnes de 55 ans et plus de Wallonie. La base statistique des résultats de l'enquête est constituée par 824 ménages (dont 466 couples avec ou sans enfants), 1229 individus de 55 ans et plus (656 femmes et 573 hommes), qui ont réalisé 2146 déplacements (dont environ 1500 en voiture).
Le rapport concernant la mobilité des personnes âgées est en cours de rédaction, les résultats repris ci-dessous sont quelques informations intéressantes que nous avons déjà pu relever, mais qui ne demandent qu'à être étoffées au cours des semaines qui arrivent.

Environnement familial

Parmi les ménages étudiés, 44% sont des ménages à 1 personne. 87% des ménages vivent sans enfant chez eux. Dans les ménages étudiés, les femmes sont presque trois fois plus nombreuses que les hommes à se retrouver seules (ou seules avec des enfants).
En ce qui concerne les enfants, l'enquête permet de voir que 67% des enfants qui ont quitté le domicile parental habitent à moins de 20 km de chez leurs parents, et 42% à moins de 5 km. 39% des ménages ont vu baisser leurs revenus au cours des 2 dernières années, et 49% les considèrent inchangés sur la même période.

Quartier et domicile

47% des ménages qualifient leur zone d'habitation comme « ni dans le centre ni isolée ». 88% habitent à moins d'1 km d'un arrêt de bus, alors que 79% doivent parcourir plus d'1 km pour se rendre à une gare de train.
86% des ménages vivent dans des maisons individuelles (2 à 4 façades), 80% sont propriétaires de leur logement.
9% des individus n'ont jamais déménagé. Parmi ceux qui ont déménagé, 67% habitent à moins de 5 km de leur domicile précédent. La raison principale qui avait conduit au déménagement dans 45% des cas était « pour devenir propriétaire ».

Véhicules

Les ménages des « seniors » comptent en moyenne 0,85 voiture, ce qui est un peu moins que pour l'ensemble de la population (1,02 dans l'enquête MOBEL de 1999 pour les ménages wallons).
Les voitures détenues par ces ménages ont été achetées neuves dans 70% des cas (54 % pour l'ensemble des ménages en Belgique), ont moins de 5 ans dans 46% des cas (40 % pour la Belgique), et roulent à l'essence pour 63% d'entre elles (61 % pour l'enquête MOBEL). Il y a peu de conducteurs occasionnels, soit les personnes conduisent relativement régulièrement, soit jamais.
90% des hommes de 55 ans ou plus possèdent leur permis de conduire, contre seulement 52% des femmes du même âge. On remarque une moindre utilisation des transports publics pour les personnes qui possèdent un permis de conduire.
7% des individus ont été victimes d'un accident au cours des 12 derniers mois.

Transports publics

68% des personnes de 55 ans ou plus déclarent avoir droit à une réduction sur les transports publics. Il est intéressant de noter que parmi les personnes de plus de 65 ans, seules 61% avaient reçu et demandé la carte de gratuité des TEC à l'automne 2001, alors que toutes y avaient droit. Les femmes ont été plus sensibles que les hommes à cette mesure de gratuité des TEC. De même, seulement 7% des individus déclarent avoir droit au « Golden Rail Pass » (titre de transport avantageux pour les personnes de plus de 65 ans pour la SNCB), alors qu'à nouveau, tous y ont droit. N'en ont-ils aucune utilité ou sont-ils mal informées ?
Environ 30% des femmes et 20% des hommes entre 65 et 75 ans déclarent utiliser plus les transports en commun depuis deux ans, sans doute parce qu'ils sont gratuits, mais une proportion presque aussi importante déclare les utiliser moins : ceux qui sortent moins ou utilisent plus leur voiture.

Difficultés physiques

Le nombre de personnes éprouvant des difficultés (allant de quelques difficultés à l'impossibilité totale) à réaliser certaines activités se fait de plus en plus important avec l'âge.
Ainsi, au-delà de 75 ans, 60% des individus éprouvent des difficultés à marcher, 80% à faire du vélo, 52% à monter ou descendre de voiture, 54% à conduire une voiture, 51% à accéder aux gares, quais et arrêts, 56% à monter ou descendre du train, bus, tram ou métro, et 48% à lire les informations pour les voyageurs et 45% à les entendre.

Activités

Les personnes qui travaillent ne représentent que 25% des individus entre 55 et 64 ans (35% des hommes et 16% des femmes) et 2% de ceux de 65 ans et plus. 15% des personnes de 55 ans et plus accompagnent régulièrement un enfant à l'école ou à une activité. 28% font partie d'une ou plusieurs associations.
11% des individus ne reçoivent ni ne rendent une visite régulièrement. Le jour de référence, 73% des personnes n'ont pas reçu de visite et 43 % ne sont pas sorties de chez elles.

Mobilité

32,5% des individus considèrent que la dégradation de leur état de santé est un des éléments majeurs qui ont modifié leur mobilité au cours des deux années précédentes. 29,5% des personnes sortent moins de chez elles que 2 ans auparavant.
La mobilité diminue avec l'âge, plus lentement chez les hommes que chez les femmes, comme le montre le graphique ci-dessous de la part des personnes mobiles un jour moyen (calcul avec des moyennes glissantes sur cinq ans et non des moyennes pour chaque âge afin d'éviter des chiffres non significatifs).
Les personnes de 55 ans et plus effectuent en moyenne 1,59 déplacement par jour (ce chiffre est de 2,97 pour l'ensemble de la population belge), ce qui représente un total de 1.444.000 déplacements sur une journée moyenne.
Le nombre moyen de déplacements diminue au fur et à mesure que l'âge augmente. Il est plus important chez les travailleurs que les non-travailleurs, chez les hommes que chez les femmes, et il est aussi plus grand le samedi que les autres jours de la semaine. Le « pic » horaire de déplacement se situe pour cette population entre 10 et 11 heures du matin (il se situe donc en-dehors de l'heure de pointe « habituelle » de l'ensemble de la population). Le retour à la maison mis à part, les principaux motifs de déplacements sont les courses (19,3 %) et les visites (9,6 %).

Part des personnes mobiles un jour moyen

Marie Castaigne et Jean-Paul Hubert



Transfert

Le GRT salue l'arrivée de Anne MALCHAIR, qui aura en charge un projet d'analyse du transport de marchandises en ville (INFACT).

Domaines actuels de recherche

Pour plus d'informations, consultez notre
site Internet

Enquêtes transports

Modélisation
Editeur responsable : Prof. Philippe TOINT, FUNDP, Rempart de la Vierge, 8 5000 Namur