Groupe de Recherche sur les Transports
Facultés Universitaires N.-D. de la Paix
Rempart de la Vierge, 8
5000 Namur
Belgique
tél.:+ 32 (0)81 72.49.20
fax : + 32 (0)81 72.49.14
e-mail:grt-info@math.fundp.ac.be

logo Info - 8
Périodique - juin 2000


Editorial
Les projets du GRT
Domaines actuels de recherche

 

Editorial

Une année académique, riche en événements pour le GRT, s'achève. Elle a vu, tout d'abord, la clôture de l'enquête nationale sur la mobilité des ménages. Les résultats de cette première image de la mobilité en Belgique sont en cours d'analyse et nous vous présentons dans ce numéro diverses conclusions déjà tirées de ceux-ci. Mais il y a eu également le cours sur la modélisation des transports, la journée d'étude sur les GPS et GIS, la présentation du modèle régional élaboré par le GRT pour la Région Wallonne ainsi que nos habituels séminaires. Certains projets sont arrivés à leur terme comme le couplage d'un modèle de trafic avec un modèle des émissions polluantes tandis que d'autres débutent maintenant. Dans le cadre du 5ème programme-cadre européen, nous participons au projet OSSA dont le but est de mettre sur pied un « framework « unifié pour la modélisation microscopique du trafic. Nous analysons, à la demande de la Région Wallonne, les séquences de circonstances concourant aux accidents. Une analyse plus approfondie des chaînes d'activités est en cours. Bien entendu, nous vous tiendrons au courant du développement de ces projets dans les prochains numéros de GRTinfo.

En vous souhaitant de bonnes vacances, nous espérons que vous trouverez intérêt à la lecture de ce nouveau numéro et nous vous donnons déjà rendez-vous à la rentrée.

Dr Eric CORNELIS



Les projets du GRT

L'enquête nationale sur la mobilité des ménages

Ce projet est financé par les Services Fédéraux des Affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles (SSTC), par la Région Bruxelloise et par la Région Wallonne.

L'enquête nationale sur la mobilité des ménages est actuellement dans sa phase terminale, à savoir le traitement et l'analyse des données collectées entre décembre 1998 et novembre 1999. Une première série de résultats a déjà été présentée par le GRT, le Langzaam Verkeer et l'Institut Wallon lors d'une journée consacrée aux enquêtes et organisée par les Services Fédéraux des Affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles (SSTC), principal commanditaire de l'enquête. Cette journée a eu lieu le 30 mars 2000 et les premiers résultats sont rassemblés dans un rapport disponible sur simple demande à l'adresse de contact.

Nous avons décidé de consacrer ce numéro de GRTinfo à la présentation de résultats différents de ceux du rapport. Nous ne reviendrons pas non plus sur la méthodologie de l'enquête (cf. GRT-Info n°6 ou le rapport du 30 mars pour une description plus détaillée).

Nous nous attarderons dans un premier temps sur les déplacements classiques enregistrés lors du recensement, domicile-travail et domicile-école. Nous parlerons ensuite des déplacements en général selon les modes et les motifs et, chaque fois que cela sera possible, nous essaierons de différencier les trois régions.

1. Les déplacements domicile-travail

En moyenne, les Belges, qui ont un lieu de travail fixe, s'y rendent 4,9 jours par semaine et parcourent pour cela une distance variable selon les régions (18 kms en Flandre, 10 à Bruxelles et 22 kms en Wallonie).

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Marche 4 3 10 5
Deux-roues 9 14 2 2
Transport public 13 12 28 11
Voiture (cond.) 67 66 56 71
Voiture (pass.) 6 4 4 10
Autre / inconnu 1 1 0 1
Total 100 100 100 100

Tableau 1 : Pourcentage d'utilisation des différents moyens de
transport pour les déplacements domicile-travail

Pour se rendre sur leur lieu de travail, les travailleurs flamands se distinguent par une utilisation plus intensive des deux-roues. Les Bruxellois marchent et empruntent davantage les transports publics. Les Wallons utilisent le plus la voiture (voir tableau 1).

Si nous nous intéressons maintenant uniquement à l'utilisation des transports publics (15,7 % pour les transports publics) et de la voiture (84,3 % pour la voiture), nous constatons que la part d'utilisation des transports publics augmente si le domicile (resp. le lieu de travail) est distant de moins de 500 mètres d'un arrêt de transport public (17,8%, resp. 22,2%), si le travail se fait uniquement en journée (18,2%) ou à des heures identiques chaque jour (18,5%), si les frais de déplacement sont remboursés (21,9%), s'il n'y a pas de parking à disposition sur le lieu de travail (22,2%), si la distance domicile - travail est supérieure à 25 km (26,7%) et, finalement, s'il est difficile de trouver un parking à proximité de celui-ci (29,2%).

2. Déplacements domicile-école

En moyenne, la distance parcourue par les étudiants pour se rendre à l'école est nettement plus basse en région bruxelloise (5 km) qu'en Flandre (10 km) et ou en Wallonie (11 km).

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Marche 13 10 19 16
2-roues 20 34 2 2
Transport public 25 22 40 25
Voiture (cond.) 4 4 3 5
Voiture (pass.) 37 29 34 52
Autre / inconnu 1 1 2 0
Total 100 100 100 100

Tableau 2 : Pourcentage d'utilisation des différents moyens
de transport pour les déplacements domicile-école

Comme pour les déplacements domicile-travail, les Flamands se distinguent par une utilisation des deux-roues nettement supérieure à la moyenne nationale, les Bruxellois par un usage plus important de la marche et du transport public et les Wallons par l'emploi de la voiture comme passager (cf. Tableau 2).

3.Nombre de déplacements selon les caractéristiques des personnes

Dans le rapport des premiers résultats, il est mentionné que le nombre moyen de déplacements par personne et par jour est de 2,97. Toutefois, ce dernier augmente si la personne habite une zone urbanisée (3,1), si le ménage comporte des personnes actives et/ou des enfants (3,9 si le nombre d'actifs est supérieur ou égal à deux et s'il y a des enfants dans le ménage). De même, si la personne est l'utilisateur principal d'un véhicule du ménage, le nombre de déplacements passe à 3,6 tandis qu'il est proche de 4 si la personne se situe dans la tranche d'âge de 26 à 45 ans. Enfin, plus le niveau d'instruction est élevé, plus nombreux sont les déplacements (4,2 si la personne est universitaire).

Nous allons maintenant nous pencher un peu plus en détails sur ces différents facteurs influençant le nombre de déplacements quotidiens.

Si nous regardons l'évolution du nombre de déplacements en fonction de l'âge des personnes, nous constatons que si la moyenne se situe aux environs de 3 déplacements jusque 25 ans, elle croît jusque 4 déplacements entre 26 et 45 ans pour redescendre ensuite vers 3 déplacements (jusque 60 ans), 2 pour la tranche entre 60 et 80 ans et finalement, à peine un déplacement pour les personnes âgées de plus de 80 ans.

Nous avions souligné au premier paragraphe de cette section que plus le niveau d'instruction était élevé, plus les personnes avaient tendance à se déplacer. En effet, si nous observons les personnes de plus de 25 ans, nous constatons que les gens sans diplôme ou avec un diplôme de niveau primaire se déplacent en moyenne 1,6 fois par jour. Par contre, les personnes en possession d'un diplôme de niveau secondaire se déplacent 3 fois sur la journée tandis que les détenteurs de diplôme de niveau supérieur non universitaire ou universitaire approchent ou dépassent les 4 déplacements par jour (respectivement, 3,9 déplacements et 4,2).

Le type de ménage joue également un rôle sur la mobilité des personnes: la présence d'enfants et/ou de membres actifs au sein du ménage augmente le nombre de déplacements quotidiens.

La possession d'une voiture et le fait d'en être l'utilisateur principal ont une influence sur la mobilité des personnes. En effet, si la personne ne possède pas de voiture, elle se déplace en moyenne 2 fois par jour. Par contre, si elle possède une voiture mais n'en est pas l'utilisateur principal, le nombre de déplacements est de 2,6. Ce dernier s'élève à 3,6 si la personne est le principal utilisateur de la voiture.

La situation du logement de la personne a aussi une importance quant à sa mobilité : si une personne habite dans un endroit isolé, elle aura tendance à moins se déplacer (2,6 fois par jour) qu'une autre vivant dans un endroit ni isolé, ni situé au centre (2,9) et encore moins qu'une personne habitant au centre, dans une zone bâtie (3,1 déplacements).

4. Nombre de déplacements en fonction de la période

Lors de la journée des SSTC du 30 mars, nous avons présenté la répartition des déplacements au cours de la journée (cf. rapport du 30 mars). Si maintenant nous nous intéressons au nombre de déplacements en fonction du mois, nous constatons que les mois durant lesquels nous nous déplaçons le moins sont janvier (avec 2,7 déplacements par jour), juillet (2,5) et août (2,4).

En examinant le nombre de déplacements en fonction du jour de la semaine, nous voyons que c'est le vendredi que les personnes se déplacent le plus (3,4 fois). En regroupant les jours de la semaine par type, nous observons que le samedi (3,3) devance les jours ouvrables (3,1) et les dimanches et jours fériés (2,1).

5. Part des moyens de transport

Il est très important de voir de quelle manière peuvent être interprétés les résultats relatifs à l'utilisation quotidienne des moyens de transport. En effet, nous pouvons examiner les parts modales sous quatre angles différents : selon le pourcentage de gens utilisant le mode au moins une fois par jour, selon le nombre de déplacements, selon la distance parcourue ou selon le temps. Et ces différentes approches peuvent donner des résultats assez divers. Prenons l'exemple du train. Nous avons quatre chiffres bien différents : 3 % des gens utilisent le train au moins une fois par jour. Le train ne représente que 0,6 % du nombre de déplacements quotidiens. Mais, en terme de distance parcourue ou de temps total de déplacement, le train représente respectivement 9,3% et 5,1% des déplacements.

Si nous regardons tout d'abord le pourcentage de personnes utilisant au moins une fois par jour les divers moyens de transport (), nous pouvons constater que la marche et les transports publics se situent très largement au-dessus de la moyenne nationale pour la Région de Bruxelles-Capitale tandis que les deux-roues rencontrent un plus vif succès en Flandre et que la voiture est utilisée davantage en Wallonie. Ces tendances rejoignent celles que nous avions déjà pu établir pour les déplacements domicile-travail et domicile-école. Un dernier chiffre étonnant : environ 40 % des gens n'utilisent que la voiture pour se déplacer tout au long de la journée.

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Marche 26 23 45 26
Deux-roues 11 16 2 5
Transport Public 9 7 20 8
Voiture 58 57 50 61
Ne se déplace pas 24 23 24 26

Tableau 3 : Pourcentage de personnes utilisant au moins
une fois par jour les moyens de transport

Si nous regardons maintenant les tableaux 4 et 5, nous constatons que 65 % des déplacements sont réalisés en voiture et que 72 % des distances sont parcourues en voiture. 3 % (seulement) des déplacements sont réalisés en transport public pour 12 % de la distance totale parcourue.

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Marche 17 14 32 17
Deux-roues 9 12 2 3
Transport Public 3 3 8 3
Voiture 65 64 54 72
Autre / inconnu 6 7 4 5
Total 100 100 100 100

Tableau 4 : Part des moyens de transport (en pourcentage) selon le nombre de déplacements

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Marche 2 2 3 2
Deux-roues 4 6 1 1
Transport Public 12 11 18 14
Voiture 72 70 73 77
Autre / inconnu 10 11 5 6
Total 100 100 100 100

Tableau 5 : Part des moyens de transport (en pourcentage)
selon la distance parcourue

6. Utilisation des moyens de transport

Le tableau 6 souligne le fait que l'utilisation de la voiture soit liée au niveau d'instruction des personnes de plus de 25 ans. En effet, plus le niveau d'instruction est élevé, plus la voiture est employée, essentiellement au détriment de la marche et des deux-roues.

Aucun diplôme Diplôme primaire Diplôme secondaire Supérieur non universitaire Universitaire
Marche 20 16 16 14 18
Deux-roues 9 13 6 6 3
Transport public 3 3 3 1 3
Voiture 61 62 69 74 71
Autre / inconnu 7 6 6 5 5
Total 100 100 100 100 100

Tableau 6 : Utilisation des moyens de transport selon le niveau d'instruction (personnes de plus de 25 ans)

Si nous regardons l'utilisation des divers moyens de transport selon le type de ménage (pour les personnes âgées de plus de 25 ans) (Tableau 7), nous nous apercevons que, plus le nombre d'actifs au sein du ménage augmente, plus la voiture est utilisée. De même, la présence d'enfants augmente l'utilisation de la voiture. Nous connaissons tous le fait que les parents conduisent souvent leur(s) enfant(s) à différentes activités comme le sport, la musique ou l'école. Ici, l'usage accru de la voiture se fait essentiellement au détriment de la marche.

Inactif, pas d'enfant Inactif, enfant(s) 1 actif, sans enfant 1 actif, enfant(s) >= 2 actifs, pas d'enfant >= 2 actifs, enfant(s)
Marche 26 28 20 11 14 10
Deux-roues 7 4 6 6 7 4
Transport public 3 2 4 2 2 1
Voiture 60 63 64 76 70 78
Autre / inconnu 18 3 6 5 7 7
Total 100 100 100 100 100 100

Tableau 7 : Utilisation des moyens de transport selon le type de ménage (personnes de plus de 25 ans)

7. Les motifs de déplacements

Si nous nous intéressons maintenant aux moyens de transport utilisés par les gens selon leur motif de déplacement, quelle que soit leur origine, nous nous apercevons que la voiture est toujours fortement majoritaire, excepté pour les déplacements dont la destination est l'école. Il faut noter aussi que la marche arrive généralement en seconde position.

Déposer/ chercher qqn Travail Ecole Courses / raisons personnelles Loisirs
Marche 6 11 22 21 23
Deux-roues 3 7 22 8 8
Transport public 2 4 14 2 3
Voiture 85 69 38 65 60
Autre / inconnu 4 9 4 4 6
Total 100 100 100 100 100

Tableau 8 : Pourcentage d'utilisation des moyens de transport pour les principaux motifs

Dans le tableau ci-contre (Tableau 9), lorsque nous examinons les distances parcourues pour les différents motifs, nous voyons que les Bruxellois se situent bien souvent en dessous de la moyenne nationale (sauf pour les loisirs). Les Flamands sont eux très proches de cette moyenne quel que soit le motif alors que les Wallons parcourent les distances les plus grandes pour tous les motifs.

Belgique Flandre Bruxelles Wallonie
Déposer / chercher quelqu'un 10 10 9 10
Travail 20 20 13 22
Ecole 7 6 5 8
Courses / raisons personnelles 7 6 5 9
Loisirs 14 12 15 17
Retour à la maison 14 13 12 14

Tableau 9 : Distances moyennes (en kilomètres) par motifs et par région

8.Conclusion

En guise de conclusion, nous voudrions simplement dire que les quelques résultats présentés dans ce GRTinfo constituent une petite illustration de ce qui peut être obtenu au travers des données récoltées. Une analyse nettement plus importante sera faite lors de la rédaction par le GRT, le Langzaam Verkeer, l'Institut Wallon, l'UIA et l'INS du rapport final de ce projet. Toutefois, si vous avez une requête particulière ou si vous souhaitez un exemplaire du rapport du 30 mars, vous pouvez vous adresser aux personnes mentionnées ci-dessous.

Contact :
Philippe BARETTE ou Alexandra DESSY
Rempart de la Vierge, 8
B - 5000 Namur
Tél. : 081/72.49.16
Fax : 081/72.49.14

Philippe BARETTE et Benoît MASQUILIER


Transferts

Le GRT tient à remercier Olivier LOTHAIRE et lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles activités professionnelles. Par la même occasion, le groupe salue l'arrivée de Cinzia CIRILLO.


Domaines actuels de recherche

Enquêtes transports
Enquête nationale sur la mobilité des ménages et étude des chaînes d'activités des ménages (Philippe BARETTE et Alexandra DESSY)
Analyse séquentielle des accidents (Alexandra DESSY)
Modélisation
Intégration de modèles économiques et de trafic pour l'évaluation d'une politique de transport en milieu urbain (Eric CORNELIS)
Calibrage d'un modèle de poursuite (Fabian BASTIN)
Analyse des chaînes d'activités (Cinzia CIRILLO)
OSSA, création d'un framework unifié pour la modélisation microscopique du trafic (Eric CORNELIS)

Editeur responsable : Prof. Philippe TOINT, FUNDP, Rempart de la Vierge, 8 5000 Namur


Fabian Bastin - FUNDP - Sciences - Math

Valid HTML 3.2!